Gestion des Releases avec TFS

Depuis maintenant plus de 6 mois j’ai quitté Ucaya pour rejoindre l’éditeur SPI, Septeo Pôle Immobilier. Notre offre est actuellement composée de plusieurs gammes produits couvrant différents métiers de l’immobilier, tous issus de technologies variées (.Net, Cobol, 4D, VB6…). Cette multitude de produits s’explique par les différentes fusions acquisitions à l’origine de SPI.

La gestion des patchs et des versions des produits implique diverses taches de gestion et de suivi :

  • Gestion du contenu de la version
  • Processus de livraison du produit
  • Documentation
  • Prise en compte de contraintes métiers (administratives et légales)
  • Communications inter-service (Hotline, Formation, Commerce, Direction…)

Au service développement nous sommes organisés en SCRUM et chaque produit possède son product backlog. Le suivi des bugs et des évolutions se fait via les work items de type Bug et Product Backlog Item. Nous avons bien évidemment apporté des customisations à ces éléments afin de répondre à nos contraintes d’organisation. Plus récemment nous avons introduit la notion de Version dans TFS en créant un nouveau type de Work Item, le type Release. Cet élément nous permet de regrouper des Work Items de type Bug ou Product Backlog Item afin de représenter l’ensemble des correctifs ou évolutions d’une version spécifique d’un produit.

Un nouveau Work Item : Release

Ce Work Item possède une date de livraison estimée, un numéro de version, un état, une liste de Bug ou de PBI et des champs qui nous sont spécifiques, comme l’illustre l’image ci-dessous :

windows-live-writer_5a056a79bb4a_6dcc_image5

 

L’utilisation du Front de TFS à elle seule ne permet pas de satisfaire les besoins en terme d’organisation et de suivi des versions. Il est difficile de mettre en place des indicateurs d’alerte métier (contraintes de dates spécifiques au métier, aux produits, etc…), d’avoir un suivi global des gammes ou encore de partager l’information telle qu’elle sort de TFS.

En effet le partage d’informations provenant du service développement à destination des autres services (formation, hotline, etc…) est nécessaire. Mais ces informations, définies dans le contexte du service développement et issues de TFS, ne sont pas des plus compréhensibles par tous. Nous parlons de Work Item, de backlog, de build, de release, etc… Avec la direction, les services formation, hotline…. un vocabulaire beaucoup moins technique est utilisé. Donner un accès brut et sans artifice à TFS à des personnes extérieures au service développement n’est pas la solution de part la richesse de la plateforme et de son vocabulaire spécifique.

En travaillant sur la présentation de l’information nous pouvons réussir à donner un vrai paradigme métier à la gestion des versions. Tout en nous appuyant sur TFS, nous allons pouvoir gérer nos règles et nos contraintes métiers de planification et avoir un outil de gestion des documentations et/ou des livraisons centralisées.

Un outil de gestion des releases a donc été développé afin de répondre à ces différents besoins. Il s’inscrit entièrement dans l’univers de TFS et de son Team Web Access en reprenant ses couleurs d’accent et certains concepts ergonomiques.

Consultation des versions en liste

L’affichage des versions d’un produit offre une lecture rapide de la prochaine échéance, des suivantes et des anciennes grâce aux regroupements :
image

Consultation des versions en vue Planning

Une vue planning des versions inter-gamme permet de mieux juger de la chronologie des éléments :


image

 

Consultation d’une release – Groupé par Etat

La consultation du contenu d’une release, selon différentes dimensions (état, module, type…), s’appuie également sur des regroupements pour une lecture plus naturelle.

Ici la dimension d’état pour le suivi du réalisé, planifié… L’état des work items n’est pas présenté de manière brut, il est interprété. Par exemple, un travail est considéré comme planifié selon sa propriété Iteration Path et donc s’il est planifié dans un sprint :
image

Consultation d’une release – Groupé par Module

La dimension par module permet de consulter le contenu d’une version d’un point de vue fonctionnel. Un regroupement est effectué sur la propriété Area Path (le Root Path correspondant au nom du Team Project est supprimé de l’Area Path à l’affichage pour une meilleure lisibilité) :


image

Consultation d’une release – Groupé par Type

La dimension par Type permet de juger du caractère plutôt correctif ou évolutif de la version. Ici encore, le vocabulaire de TFS (Work Item de type Bug ou Product Backlog Item) a été masqué afin de privilégier un vocabulaire plus naturel :


image

Accès aux informations détaillées

La notion de Tooltip a été fortement utilisée afin d’obtenir des informations plus détaillées au survol des Work Items. Et pour un accès complet au formulaire d’un Work Item, il suffit d’un double-clic dessus pour ouvrir Team Web Access sur la page de l’élément :


image

Gestion de la documentation d’une Release

Nous avons également enrichit nos Work Item avec des champs de documentation; documentation pouvant être à destination des clients ou des services internes :


image

Ceci nous permet depuis l’outil de gestion de versions, lors de sa livraison, de générer automatiquement la documentation de la version en parcourant la liste des Work Items et en agrégeant le champ Notes. Les fichiers textes ainsi générés sont mis en pièces jointes du Work Item Release. Ainsi toutes les données sont stockées dans TFS :


image

Gestion du contenu d’une Release

La possibilité de modifier le contenu d’une version en ajoutant ou supprimant des Bugs ou Product Backlog Item :


image

Et une vue de recherche avancée des éléments à livrer. Par exemple, ci-dessous on recherche les éléments d’un sprint spécifique :


image

Livraison d’une Release

Et pour terminer, pour l’un de nos produits, entièrement gérer avec TFS et Visual Studio (gestion des sources, des builds, etc…) nous avons également inclus le processus complet de déploiement d’une version :


image

Conclusion

Cet outil va nous permettre de mieux gérer et de mieux suivre les mises à jour de nos gammes produit tout en gardant TFS comme référentiel, grâce à ses API et ses possibilités d’extensions.

XBox Apps by Ucaya

En 2012 Microsoft avait annoncé l’arrivée à venir de plusieurs titres d’application sur XBox 360. Parmi eux, plusieurs titres de la télévision française. Et pour développer ces applications, Microsoft a notamment fait appel à Ucaya.

En décembre est arrivé MyTF1, puis c’était au tour de Canal Infinity en janvier et aujourd’hui est arrivé Pluzz, les services de replay de France Télévision. Ces applications sont gratuites et accessibles à toute personne possédant une XBox et un abonnement Gold. Pour MyTF1 il vous faudra en plus être abonné Orange.

windows-live-writer_le-store_1358c_image_thumb

Ces applications vous donnent la possibilité d’accéder aux services de Replay (ou de VOD pour Canal Infinity) avec les fonctionnalités XBox habituelles :

  • contrôles au gamepad ou via la Kinect (gestures ou voix),
  • Recherche InApp ou depuis Bing grâce aux deeplinks,
  • le partage de présence et du contenu vidéo lu pour informer vos amis que vous regardez
    Dr House, Plus belle la vie, ou un autre de vos programmes préférés
  • le partage Facebook,
  • toutes les fonctionnalités d’un lecteur vidéo (smooth streaming, gestion des sous-titres…)
  • etc…

Pour en savoir plus, il ne vous reste plus qu’à les installer et les tester (et peut être aussi, acheter une télé, une xbox, une connexion internet, et un abonnement Gold…)

Et pour savoir comment se passe le développement sur XBox, c’est ici que ça se passe, dans la rubrique JOB!

Des applications Windows 8 moins gourmandes…

Mon post précédent traitait de l’espace disque utilisé par les applications Windows 8 et montrait que bien souvent elles étaient trop gourmandes dans leur utilisation du stockage local. Parmi ces applications, je parlais notamment des applications Dior Mag et Techdays 2013 qui, sur mon laptop, utilisaient respectivement 1,27Go et 21Mo.
Sachez qu’en fin de semaine des mises à jour étaient disponible pour ces 2 applications et que ce bug a été corrigé. Après installation des mises à jour et 2 jours d’utilisation, l’application Techdays 2013 occupe maintenant 5Mo et Dior Mag 28Mo.

Bravo aux développeurs pour leur réactivité. Cela montre qu’ils sont à l’écoute de ce que les utilisateurs peuvent dire de leur travail. Ainsi, n’hésitez pas à noter et commenter, en bien ou en mal, avec toute objectivité bien évidemment, les différentes applications du Store, ça ne fera qu’améliorer la qualité des contenus proposés.

Je continuerai tout de même à penser que ce genre de données à toute sa place dans le répertoire temporaire car :

  • le contenu peut être téléchargé à tout moment,
  • le mode de consommation de ces données par l’utilisateur est purement consultatif,
  • le stockage temporaire n’empêche pas le fonctionnement Offline,
  • le stockage temporaire permet à l’utilisateur de mieux gérer son espace disque, sans avoir à désinstaller des applications

Et vous, où pensez-vous qu’il vaut mieux stocker ces données de type Cache ?

Les applications Windows 8 sont souvent trop gourmandes en espace disque

Il y a de plus en plus d’applications disponible sur le Store et si vous êtes comme moi, curieux de voir ce que peuvent développer les autres, vous installez un tas d’applications. Vous les installez afin de les analyser, d’un point de vue design, ergo, etc… Ensuite vous ne les désinstallez pas forcément, pour pouvoir les montrer ou vous inspirer des plus réussies ou encore avoir des exemples de ce qu’il ne faut pas faire.

Dans ce post, je n’attaque personne en particulier, et je ne connais pas forcément le ou les développeurs ayant travaillés sur les applications que je prendrai en exemple. D’ailleurs mon objectif n’est pas de faire la critique d’une ou plusieurs applications, mais de sensibiliser les développeurs d’applications Windows 8 sur un point qui est jusqu’ici très souvent mis de côté, l’espace disque.

Cet espace disque, comme vous le savez, n’est pas infini, et l’est encore moins sur une Surface RT 32Go. Or je constate que beaucoup d’applications stockent des mégaoctets de données voir même pour certaines des gigaoctets dans le répertoire locale de l’application et que ce n’est pas toujours justifié.

Nous avons parlé lors du DevCamp Back to basics de la semaine dernière des différentes API de stockage ou d’accès aux données. Ce n’est que la veille de ce DevCamp que j’ai constaté que les applications que nous installons occupent souvent plusieurs mégaoctets d’espace disque et que l’espace occupé par ces applications grandit au fil des jours et de leur utilisation. Or j’ai du mal à comprendre comment une application pour laquelle je ne produis pas de données, mais que je ne fais qu’en consommer, qui plus est, une infime partie de ce qu’elle me propose, prenne aujourd’hui 10Mo, 100Mo, 500Mo, voir 1Go… Ma pauvre Surface risque de ne pas s’en remettre! Ce constat est intervenu trop tard pour que j’en fasse la démo au DevCamp, mais c’est tout de même pour cette raison que j’ai abordé dans mes slides la notion de TemporaryFolder en réexpliquant à quoi sert ce répertoire…

Mise en Cache et TemporaryFolder

Il existe une API disponible pour les applications Windows 8 qui s’appelle TemporaryFolder (ApplicationData.Current.TemporaryFolder). Cette API est disponible au même endroit que le LocalFolder ou encore que les RoamingSettings. Ce fameux TemporaryFolder sert à stocker des données dans un répertoire temporaire, comme son nom le laisse penser. Cela signifie que l’utilisateur a la possibilité de supprimer le contenu de ces répertoires temporaires via l’outil de nettoyage de disque, ou encore que le système peut lui aussi supprimer ce contenu pour récupérer de la place.

Cela signifie également que si l’on stocke des données dans ce répertoire, on ne peut être sur qu’elles seront encore là au prochain lancement de l’application. C’est en général, le principe de base d’un Cache. Un Cache est souvent utilisé pour stocker des données de manière temporaire. Il a besoin d’être invalidé et rafraichit au bout d’un certain temps, et peut même être supprimé si on n’y a pas accédé depuis un certain laps de temps. Ce qui permet de ne pas occuper d’espace disque inutilement (ou même d’espace mémoire dans le cadre d’un cache mémoire).

Quand doit-on utiliser ce répertoire temporaire ou comment peut-on mieux gérer l’espace occupé par les contenus, souvent éphémères et considéré comme du Cache ?

On peut quasiment toujours utilisé le stockage temporaire. Lorsque j’inspecte les applications installées sur mon poste (je me rends dans le répertoire LocalState des différents packages), je vois très souvent un répertoire nommé “Cache”. Pourquoi dans ce cas ne pas le mettre dans le stockage temporaire ?

Il faut également différencier mise en cache et fonctionnement Offline.

La mise en cache est généralement utilisé pour éviter de devoir télécharger plusieurs fois un même contenu, afin d’améliorer la fluidité de l’application, dans la navigation, les animations, les transitions et éventuellement le chargement.

Prenons l’exemple d’une application de type News/Actus. Il est beaucoup plus agréable en terme d’UX de télécharger les différentes Unes et articles du moment en local, ainsi que les différents médias associés tels que les images. Cependant, a-t-on besoin que ces différents articles soient disponible “à vie” ? Quel serait le soucis si ces données étaient stockées dans le répertoire temporaire ? On aurait les avantages du stockage local, avec en plus l’avantage pour l’utilisateur de gérer son espace disque. Et si le système est en manque de ressources de stockage, il peut lui aussi décider de nettoyer ces données, qui ne sont clairement pas vitales pour l’utilisateur.

Vérifier l’espace occupé par les applications Windows 8

Lorsqu’on est utilisateur de Windows 8, il est possible de vérifier l’espace occupé par les applications depuis les paramètres du PC et ainsi trouvé les applis “Gloutons” :

windows-live-writer_eebaed15233e_99a2_image_thumb

Analyse de quelques applications

Ci-dessous quelques exemples d’applications pour lesquelles j’ai analysé le contenu et la taille du répertoire local. Mon choix s’est arrêté sur ces quelques applications pour plusieurs raisons. Premièrement car je les avais installé lorsque j’ai fait ces analyses. Deuxièmement, car elles étaient représentatives du problème soulevé avec des scénarios de stockage différents. Il y a bien sûr d’autres applications sur le Store avec des problèmes de stockage. Tout ça pour dire que le choix des apps n’est pas arbitraire.

L’application Télé7

Prenons tout d’abord l’exemple de l’application Télé7, qui, si vous ne l’avez jamais testé, l’essayer, c’est l’adopter. Elle fonctionne avec une base de données locale de type SQL LITE, qui pèse environ 24Mo. Cette base est téléchargée à l’ouverture de l’application si la base actuelle a plus de 3 jours. Ceci permet à l’application de fonctionner en mode Offline, vous avez donc accès à votre grille des programmes TV sans avoir besoin d’internet. C’est une très bonne idée, et je l’ai d’ailleurs installé sur tous mes devices (laptop, Slate 7 et Surface).

windows-live-writer_eebaed15233e_99a2_tele7_thumb

Par contre en regardant ce qu’il se passe dans le répertoire LocalState je m’aperçois qu’il contient toutes les bases de données téléchargées depuis l’installation de l’application. Une base de données fait environ 24Mo. Pour l’instant j’en suis à 9 base de données locales, donc 216Mo.

Dans le cas de Télé7, on peut effectivement se dire qu’il est préférable de stocker la base de données en local, et non dans le Temp. Mais il faut dans ce cas une stratégie de rétention des données de l’application, afin de supprimer les anciennes bases. Je suis sûr que ce problème sera rapidement corrigé…

L’application Dior Mag

Prenons un autre exemple, cette fois dans une autre dimension… Le luxe a un cout, et pas seulement au niveau du porte monnaie mais également en stockage. La marque Dior a son application Windows 8, Dior Mag, application très jolie soit dit au passage. Attention si vous l’installez sur une Surface RT 32Go, elle prendra bientôt plus de place que l’OS!

windows-live-writer_eebaed15233e_99a2_diormag_thumb

Actuellement sur mon poste l’application prend pas moins de 1,27Go (11 972 fichiers de type jpeg et text/json), avec en local des fichiers datés d’octobre à janvier. Je vous rassure tout de même, l’utilisateur a la possibilité depuis le Charm des paramètres de l’application de supprimer le Cache. Mais l’utilisateur est-il invité à un moment ou à un autre d’utiliser ce Charm ? D’autre part, l’utilisateur de cette belle application a-t-il besoin d’avoir accès en local à tous les catalogues depuis son installation ?

Si vous voulez faire un petit test, vous pouvez supprimer tout le contenu du répertoire LocalState de ce package, ainsi que le fichier settings.dat. Une fois ces fichiers supprimés, au lancement de l’application, tous ces fichiers seront téléchargés. La logique de présence des fichiers est bien là. Pour les mettre dans le répertoire temporaire, il suffit de changer au niveau du code LocalFolder par TemporaryFolder.

L’application Bing

Un autre exemple, l’application Bing. Cette fois nous revenons dans des tailles de stockage très raisonnable, mais un choix de stockage vraiment incompréhensible.

windows-live-writer_eebaed15233e_99a2_bing_thumb

Si nous inspectons le répertoire de stockage de cette application, nous nous rendons compte qu’elle stocke les images de background utilisée par Bing. Or ces images changent régulièrement, parfois plusieurs fois par jours, et ne sont apparemment jamais supprimées.

Bien sûr ici l’espace de stockage utilisé par ces images n’est que de 4,5Mo (32 images depuis octobre, pour moins d’une dizaine d’ouverture de l’application). Par contre ceci est vraiment incompréhensible, dans le sens où les quelques images du jour ne pèsent que 300Ko et que toutes les autres images ne serviront plus jamais. Et pour cette application, on ne peut pas dire qu’il y a un mode Offline… Ici les images auraient dû être stockées dans le répertoire temporaire.

L’application Techdays 2013

L’application Techdays 2013, que je trouve très réussie, fluide et agréable à utiliser, est idéale pour gérer votre agenda de sessions pour cet évènement.

windows-live-writer_eebaed15233e_99a2_techdays2013_thumb

Cette application est fonctionnelle en mode Offline. Je désactive mon accès internet, et j’ai accès à toutes les sessions, les fiches des speakers, les photos, mon agenda… Nous avons donc en local toutes les informations nécessaires au bon fonctionnement de l’application. De ce côté c’est parfait.

Par contre, si je regarde ce qu’il se passe du côté du stockage local, ça fait peur… Dans un répertoire nommé Cache, j’ai pas moins de 625 fichiers (json), qui pour la plupart ont exactement le même contenu. On s’aperçoit que, quasiment à chaque lancement de l’application, tout le contenu est re-téléchargé en local si connexion internet il y a. Et que l’ancien contenu n’est pas supprimé.

Le fait d’avoir tout le contenu en local est évidemment une bonne idée, et c’est entre autre pour cette raison que l’application se charge rapidement et qu’elle est fluide et agréable à utiliser. Mais d’une part, je ne pense pas qu’il y ait besoin de télécharger et restocker ce contenu à chaque lancement de l’application (un numéro de version dans le json permettrait de palier à ce problème), et d’autre part il faudrait que les contenus précédemment téléchargés soient supprimés. Ce matin j’étais à 15Mo de stockage pour cette application. Cet après midi, après 4 ou 5 ouvertures de l’application, je suis à 21Mo. Et pourtant, le contenu est le même, pas de sessions ou de speakers supplémentaires.

Ici on voit bien que ces données sont utilisées comme un cache local pour fluidifier la navigation de l’application et à la fois pour offrir un mode Offline. Ces données pourraient être placées dans le TemporaryFolder, sauf pour l’agenda, qui doit rester local ou distant. Si l’on persiste à enregistrer ces données dans le LocalFolder, il faut mettre en place une politique de rétention des fichiers.

Conclusion

Je pense que l’API TemporaryFolder est vraiment méconnue des développeurs ou qu’ils n’en connaissent pas l’utilité. Mais ce n’est pas une excuse. Le fait que des anciens fichiers, qui ne serviront plus et qui vont rester dans le stockage local jusqu’à désinstallation de l’application n’est pas normal. L’utilisateur n’a pas d’autre choix que de désinstaller l’application pour nettoyer ce stockage. Vous pouvez vous même faire l’expérience suivante : rendez-vous dans le répertoire UsersYOUR_ACCOUNTAppDataLocalPackages. Parmi tous ces packages, effectuez une recherche des répertoires TempState, puis LocalState et comparez la taille totale utilisé par chacun de ces répertoires.

Parmi les applications que j’ai installé sur mon laptop, celle qui est la moins jolie, mais qui reste fonctionnelle, c’est l’application Windows Phone, qui permet de transférer/synchroniser des données entre son téléphone et son PC. Et bien parmi toutes les applications que j’ai actuellement (68 applications au total), c’est la seule qui possède du contenu dans le répertoire temporaire… Comme quoi, on peut faire des applications moches, mais fonctionnelles, et techniquement bien pensées.

Si vous pensez que votre application doit finalement utiliser ce stockage temporaire plutôt que le stockage local, il vous suffit simplement de changer dans votre code LocalFolder par TemporaryFolder. Et si ce n’est pas le cas, n’oubliez pas de supprimer les anciens fichiers, sinon ce sont les utilisateurs qui supprimeront votre application.

Retour du DevCamp Back to basics Win 8 et WP8

image
En attendant que les webcasts soient disponibles, je vous propose en téléchargement les ressources de ma session. Dans cette archive vous trouverez les slides ainsi que les démos.

Cette session portait sur les différentes API de stockage ainsi que les stratégies à adopter sur les plateformes Windows 8 (App Store) et Windows Phone 8.

Après avoir rappelé ce que l’on entend par accès aux données, nous avons abordé les notions suivantes :

  • Accès aux données locales de l’utilisateur (Contacts, Calendrier, Librairies…) avec en démonstration l’accès à la librairie de musique de l’utilisateur,
  • Accès aux données distantes de l’utilisateur (Hotmail, Skydrive, Messenger) avec en démonstration l’utilisation du Live SDK depuis une application Windows Phone 8,
  • Accès aux données locales de l’application, avec pour rappel les API Windows Phone 8 (IsolatedStorage et ApplicationData) et les API Windows 8 (LocalFolder, LocalSettings, TemporaryFolder),
  • Accès aux données itinérantes (Roaming) des applications Windows 8 avec l’API ApplicationData (RoamingFolder et RoamingSettings),
  • Accès aux données distantes de l’application/service. Données pouvant être stockées dans le Cloud ou sur un serveur OnPremise, avec 3 démonstrations :
    • Azure Mobile Services depuis une application Windows 8 et Windows Phone 8
    • Azure Blob Storage depuis une application Windows 8
    • WCF Data Services depuis des applications clientes Windows 8 et Windows Phone 8

Ci-dessous, quelques informations concernant la configuration et l’exécution des différentes démos que vous trouverez dans l’archive.

Démo MusicLibrary

Pas de configuration ou d’installation particulière. C’est une application Windows 8 qui explore votre librairie de musique. Voici l’article qui explique ce projet : Windows 8 Développement d’un lecteur audio.

Démo Live SDK

  • Télécharger et installer le  Live SDK v5.3.
  • Créer une application Live sur cette page et récupérer le Client ID.

Une fois l’application créée, il vous faut récupérer le Client ID, éditer le fichier Main.xaml du projet Windows Phone LiveSDK, et modifier la propriété ClientId du contrôle SignInButton.

Pour plus d’exemple de code du Live SDK rendez-vous ici : https://github.com/liveservices/LiveSDK

Et pour la documentation en ligne : http://msdn.microsoft.com/fr-fr/library/live/hh826532.aspx

Démo Azure Mobile Service

Pour les projets MobileServiceApp Windows 8 et Windows Phone 8, il vous faut au préalable vous rendre sur le portail Azure et créer un service Mobile. Une fois le service créé, vous pouvez soit télécharger les solutions Windows 8 et Windows Phone 8 proposées par le portail ou éditer les projets de la solution.

Pour configurer les projets MobileServiceApp Windows 8 et Windows Phone 8, éditer le fichier App.xaml.cs et lors de l’instanciation de l’objet MobileServiceClient, renseigner l’URL vers votre Azure Mobile Service ainsi que sa clé.

Démo Azure Blob Storage

Ce projet nécessite l’accès à un compte de stockage sur votre abonnement Azure. Depuis le portail Azure, vous pouvez créer un compte de stockage, puis récupérer son nom et sa clé.

Dans le projet AzureStorageExplorerApp, ouvrir le fichier App.xaml.cs et renseigner les valeurs des constantes StorageAccountName et StorageKey avec les données récupérées sur le portail Azure.

Pour plus de détails sur le code de ce projet, voici l’article à consulter : Windows 8 Azure Storage Explorer

Démo WCF Data Services

  • Télécharger et installer WCF Data Services 5.0 for OData V3
  • Télécharger et installer WCF Data Services Tools for Windows Store Apps
  • Télécharger et installer OData Client Tools for Windows Phone Apps
  • Dans le projet Common/WCFDataServices, créer l’application dans IIS (après l’avoir configurer pour WCF).
  • Dans le projet WCFDataServicesWP8Client, ouvrir le fichier NotesViewModel.cs, puis dans la méthode LoadNotes modifier l’URL avec l’adresse IP de votre machine. Ceci permet de faire fonctionner l’appel au Web Service depuis l’émulateur Windows Phone ou depuis votre device de développement.
  • Il vous faudra éventuellement modifier les règles de trafic de votre pare-feu pour autoriser les requêtes HTTP entrantes

Back to basics sur les données et le stockage pour Windows 8 et Windows Phone 8

image Ce jeudi 10 janvier, Microsoft organise le premier après midi du développement autour des données sur les plateformes Windows 8 et Windows Phone 8.

L’évènement aura lieu au Centre de Conférence à Issy Les Moulineaux à partir de 13h30, et pour ma part je vous présenterai les différentes possibilités et API de stockage sur ces plateformes.

Si vous n’êtes pas encore inscrits, dépêchez-vous de le faire… et si vous hésitez encore sachez qu’il y aura une tablette Asus Vivo Tab à gagner…

Pour les inscriptions, suivez ce lien : https://msevents.microsoft.com/CUI/EventDetail.aspx?EventID=1032521905&Culture=fr-FR

Ucaya, le Dev et moi!

image Il s’en est passé des choses depuis mon dernier post… J’ai enfin emménagé en Ile de France et ça fera bientôt 3 mois que j’ai intégré la folle équipe d’Ucaya.

Pour ceux qui ne connaissent pas Ucaya, c’est un “pure player” Microsoft avec une très forte composante Design. Nous réalisons des projets sur les plateformes Windows Phone, Windows 8 et également XBox. La société est basée à Nantes et possède une antenne sur la région parisienne.

Au passage je salue mes collègues de Nantes et en particulier les 2 designers “fous” mais tout aussi excellents, JB et Thib.

Ucaya fait évidemment partie du partenariat Microsoft Apps Circle qui regroupe les sociétés compétentes dans le développement WP, Win8 et le Design. Je ne vais pas citer toutes les applications déjà réalisées par Ucaya et présentes sur les différents stores, mais en voici quelques unes pour la partie Windows 8 : CanalTouch, Première, DailyELLE, Radios Françaises, Vie de Geek, Télé 7 Programme TV, L’Atelier Visual Studio, Fubiz, MonWindowsPhone…

L’intérêt pour moi d’intégrer cette équipe était de me recentrer sur mon cœur de métier : Le développement. Et je peux dire que je ne suis pas déçu! Dès mon arrivée j’ai travaillé sur le développement de l’application CanalTouch, avec notamment mon ancien et nouveau collègue Guillaume Lacasa. Actuellement je travaille depuis plus d’un mois sur des applications XBox… mais je ne peux vous en dire plus.

windows-live-writer_ucaya-et-moi_f008_ucaya_thumb

Une nouvelle composante de mon métier : l’intégration graphique. Je n’avais jamais eu l’occasion de m’initier à cette discipline. Ici chez Ucaya c’est tout simplement un passage obligé pour tous les développeurs. Je ne vous cache pas que j’y passe pas mal de temps, mais ça commence à rentrer…

Nous nous retrouverons rapidement pour différents évènements Microsoft dès la rentrée 2013!

Et si vous êtes bon designer ou bon développeur, n’hésitez pas, rejoignez nous!


image


image